Notre volonté, une dimension humaine très forte, propice à la mise en place d’un partenariat rapproché.

Prévenir les risques dans la filière de valorisation des biodéchets

QHSE Concept > Actualités-2 > Actualités > Prévenir les risques dans la filière de valorisation des biodéchets

Prévenir les risques dans la filière de valorisation des biodéchets

Que sont les biodéchets ? Quels sont les risques associés à leur gestion ? Quelle démarche adopter par les entreprises pour protéger ses salariés ? Explication avec Christine David, expert Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS).

 

Que sont les biodéchets ?

Selon l’article L 541-1-1 du code de l’environnement, les biodéchets regroupent « les déchets non dangereux biodégradables de jardin ou de parc, les déchets alimentaires ou de cuisine provenant des ménages, des bureaux, des restaurants, du commerce de gros, des cantines, des traiteurs ou des magasins de vente au détail, ainsi que les déchets comparables provenant des usines de transformation de denrées alimentaires ». Ces biodéchets doivent être triés à la source et valorisés biologiquement de manière à favoriser le retour au sol par méthanisation ou par compostage. D’ici à la fin de l’année 2023, tous les producteurs de biodéchets seront concernés, ce qui aura des répercussions sur l’ensemble des acteurs de la filière. Collecteurs et autres centres de valorisation devront adapter leur technologie.

 

Quels sont les risques associés à cette gestion ?

Une filière en plein essor, qui fait émerger de nouveaux risques pour les travailleurs du secteur. Effectivement, la matière organique présente dans les biodéchets constitue une source de nourriture très riche pour les micro-organismes, qui s’y multiplient à grande vitesse. La présence de ces nombreux micro-organismes peuvent pour certains, avoir des effets sur la santé humaine (troubles digestifs, irritations, allergies…). Les biodéchets peuvent également attirer des animaux comme des rats, des oiseaux ou autres insectes, ce qui peut occasionner des nuisances.

D’autre part, les micro-organismes, en dégradant les déchets, produisent également des gaz pouvant être dangereux pour l’Homme comme d’ammoniac, le dioxyde de carbone, le sulfure d’hydrogène ou encore le méthane. A ces risques notoires pour la santé s’ajoutent les risques mécaniques liés aux machines implantées chez les producteurs (sécheurs, déshydrateurs, compacteurs…) et les centres de valorisation (déconditionneurs, convoyeurs…), les risques de chute sur des sols rendus glissants par des biodéchets mal conditionnés et les risques de troubles musculosquelettiques pouvant être occasionnés par la manutention des conteneurs. En effet, les biodéchets, composés pour 75 % d’eau, sont beaucoup plus lourds que les déchets ménagers tout venants.

Quelles mesures de prévention adopter pour les entreprises ?

Plusieurs solutions existent pour limiter les risques liés à la gestion des biodéchets.
L’une des principales consiste à réduire le risque à la source en veillant à conditionner correctement les biodéchets, c’est-à-dire en utilisant des conteneurs adaptés à la quantité produite, entreposés pour une durée limitée, dans des locaux où la température est maîtrisée.

D’autre part, une vigilance particulière doit être portée sur les mesures de prévention liées aux installations mécaniques implantées chez les producteurs (sécheurs, cuves de stockages, etc.) qui ne connaissent pas forcément les risques qu’elles peuvent engendrer.

 

Pour conclure…

Plusieurs mesures de prévention existent et sont présentées dans une brochure rédigée par l’INRS ( ED 6473 « Filière des biodéchets alimentaires. Risques et prévention » ) mais l’enjeu majeur reste la prise de conscience globale des entreprises face aux risques auxquels elles sont confrontées et la mise en place des mesures de prévention adaptées, pour répondre aux exigences de cette nouvelle filière de valorisation des biodéchets.

QHSE Concept, cabinet de conseil et formation basé en Auvergne Rhône Alpes, vous accompagne dans la prévention des risques professionnels de votre établissement.

Contactez nous.

 

Sources : https://www.inrs.fr/